27 novembre 2009

Les poètes ont soif.

Plus soiffard que moi tu meurs
Sur la boisson faisons main basse

Il fallait que je m’hydratasse
Tous les milieux intérieurs

Ce tantôt j’ai mis des fleurs
Infuser là dedans ma tasse

Hélas j’ai vu leurs couleurs
A la fin devenir fadasses

De l’eau chaude a chu malheur
En éclaboussant mes godasses

Les infusions c’est assez vain
Nous allons nous mettre au bon vin.

.

1 Comments:

Anonymous Lola said...

Tiens tiens un poète assoiffé
Coquin prend une plante inadaptée
Pour faire des tisanes au goût vain
Et ainsi se rabattre sur le bon vin.

30 novembre 2009 à 20:35  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home