20 août 2018

Voyage coquin



C'était un minibus empli de sodomites

L'un d'eux avait perdu son plus cher plug anal

Malencontreusement tombé dans un canal

Mais il ne faudrait pas dépasser les limites


Ils allaient visiter Alpes et Dolomites

Et pour le consoler de son phénoménal

Chagrin lui promettaient un plaisir infernal

Le diable était en eux peu soucieux d'être ermite


Chacun s'était coiffé d'un beau chapeau de paille

Le chef et le branlait ah quel plaisir mon vieux

Et leur contentement demeurait mystérieux


Ah Dieu quel bel objet il n'est rien qui mieux vaille

Ne cessaient-ils de sex-clamer à qui mieux mieux

Allons Flipote allons* il est temps qu'on s'en aille.



* grand merci à Molière



.

18 août 2018

Randonnée en Émilie




Muni d'eau et de croûtons

Et d'un guide touristique

Sans oublier mes bâtons

Pour marcher télescopiques


J'avançais vers Canossa

Je rencontre un gypaète

Il me dit Bonjour poète

Où donc vas-tu comme ça 


Je m'en vais voir où le pape

A dominé l'empereur

L'oiseau ricanant sous cape

Dit tu fais je pense erreur


Mais j'aperçois un serpent

Il ne faut pas m'en distraire

L'ai -je fait je m'en repens

Dis-je à l'oiseau serpentaire.



.

11 juin 2018

Commentaire d'un blog ami



Bellzouzou attendait toute aise

Qu'on lui livrât des pieds de chaise

On lui fournit des pieds

Fort peu appropriés

L'affaire dura trop longtemps

Pour les Bellzouzou mécontents


Il s'en fallut de peu qu'armés de pieds de biche

Et de pinces-monseigneur

Ils n'allassent piller l'entrepôt du meubleur

Mais après tout on s'en fiche

L'essentiel est d'être assis

Pour manger des spaghettis


Je soigne la rime et la garde riche.


.

06 juin 2018

Fraïche randonnée




Denise Honoré Boniface

À la mi-mai les saints de glace

Nous ont donné du temps couvert

Et froid c'est assez efficace

Quand il faut apaiser ses nerfs


Sans pour autant perdre la face

On ne galope jamais trop

Dedans les couloirs du métro

Le métropolitain ça fait un peu rétro

Le souvenir du froid à la parfin s'efface


Tortue va ton chemin portant ta carapace

Sur le calendrier s'en vient la Trinité

Le chat de nos voisins s'est un peu empâté

Devant le trampoline où vous avez sauté

Quand ce jeu vous semblait encore de votre âge


À présent il faut du courage

Pour s'accommoder de l'orage

Randonneur munis-toi d'un pull anti-frissons

D'un couvre-chef aussi pour paraître à la page

Pour le confort du soir emporte des chaussons.


.

11 mai 2018

Fin de l'importun




Pour le coup

Quand vous tombâtes

Et vous brisâtes

Net le cou

Nos brebis restèrent béates

Pauvre de vous l'écervelé

Votre cruel trépas nous fit tourner la tête

Mais non point de nos bêtes

Le lait.



.

10 mai 2018

L'importun rembarré




Ô vous le détestable Blaise

Qui si mal à propos ramenez votre fraise


Entre nous je la trouve niaise

Vous en prenez trop à votre aise


Vous qui roulez si fier vos épaules balèzes

En marchant téméraire au bord de la falaise


Prenez bien garde au vent car sa force est mauvaise

Et glissante à souhait sous vous la terre glaise


Par un malencontreux hasard vous pourriez choir

Lors adieu Blaise


Ne comptez pas sur nous pour mouiller nos mouchoirs

À Dieu ne plaise.



.

08 mai 2018

Petit malheur




Le sort a voulu qu'un geste inapproprié

Fasse choir le caillou bizarrement strié

Qui maintenait bien calé l’encrier

Celui-ci tombe à terre et l'encre se déverse

Sur le dos du chat l'accablant

Ah surmontez le sort adverse

Minet vous dont le poil fut blanc

Oui la fatalité parfois se fait perverse

Reconnaissez que c'est troublant

Vous vous en tirerez en affrontant l'averse

Qui lave tout sur son passage ou fait semblant.




.