18 février 2018

Obsession du marcheur




Hélas hélas les pas faits

Hors constat du podomètre

Sont pas perdus en effet

Le compteur de pas qui n'est pas parfait

Ne saura pas où les mettre


Faut dix mille pas par jour

C'est le quantum requis pour

Conserver son corps en forme


Je vous pose un lapin craintif

Vouant mes pas perdus à un définitif

Oubli vous m'attendrez sous l'orme.



.

22 janvier 2018

La mort de Franco



L'espérance de vie vachement s'effiloche

Franco gît et geint cerné par la mort

Ah c'est ça qu'est moche

Ça fout la pétoche

Il dit aux docteurs chargés de son corps

Senores pourquoi s'acharner encor

L'heure ultime approche


Cessez de me cou-

Per par petits bouts

De me tronçonner avec vos cisailles

Je vais voir le Créateur

Plus mourant que moi tumeur

Les asticots déjà se promettent ripaille

En tous cas dès que je meurs

Portez ma dépouille en terre

Pour éviter les odeurs

Puissantes et délétères


Hélas dès le trépas de Carrero Blanco

J'avais senti venir la fin des haricots

Pourtant je le dis sans malice

Depuis l'Estramadure et depuis la Galice

Jusques à Gibraltar aux anciens parapets

À tous les Espagnols j'inspire le respect


L'éternité goguenarde

D'un oeil mauvais le regarde

Il lâche son dernier pet

Meurs s'exclame la Camarde

En lui fermant le clapet.




.

12 janvier 2018

Vengeance d'une poule armoricaine.



Sur l'île d'Ouessant un jour une poule

Vit ses poussins croqués par un renard du cru

Ou venu en scooter des mers bravant la houle

En tous cas mû par l'appétit l'eusses-tu cru

Il eût certes mieux fait de se nourrir de moules



Ayant récupéré maligne un piège à loup

Ne me demandez pas comment dans les parages

Il ne s'en trouve pas beaucoup

Notre vindicative pou-

Le sut dissimuler l'objet sur le passage

Qui va de la plage

Au poulailler jouxtant l'aéroport



À quoi fallait-il s'attendre

La nuit

L'on ouït

Un claquement lugubre et fort

Qui jusqu'au port se fit entendre

Le gredin s'arracha au prix de gros efforts



Et voir le renard d'Ouessant

Déconfit pisser le sang

Et par-dessus tout l'entendre

Déguerpir en glapissant

Glapir en déguerpissant

Clopin-clopant ce fut ma foi divertissant



Poule frustrée de sa couvée

Animée d'un un puissant ressentiment

Sait se venger impitoyablement

Et n'a point de remords de la joie éprouvée

Au succès du traquenard

Qu'elle a tendu au renard.


.




03 janvier 2018

Autre consultation

Qu'est-ce qui croyez-vous va mal dans vos rognons

Demande le docteur ajustant ses lorgnons

Je ne sais lui réponds-je à quel titre j'éprouve

C'est très inopportun je trouve

Une si forte propension

À ces sautes d'humeur où je me mets en rogne

Et sens avec douleur mon palpitant qui cogne

Mettez dit le docteur vos soucis en pension

Il faut faire un peu baisser la tension



Pas de lipides

Cest mauvais pour le coeur hein

Pas de protides

Ce n'est pas bon pour les reins

Pas de glucides

Cela vous fait monter la glycémie sans frein

Restent l'amour et l'eau pure

L'une irrigue le corps et l'autre dit-on dure



Il vous faut dès ce soir à l'heure du repas

Vous décider à vous y mettre

Et dès demain n'oubliez pas

D'accomplir chaque jour au moins dix mille pas

Constatés par podomètre

Buvez en quantité

Pour éviter la crampe

Faites la sieste à volonté

C'est excellent pour la santé

Et tenez bon la rampe



Attendez je vous rends votre carte vilaine*

C'est vingt et cinq euros merci à la prochaine.



*Vitale, mais la rime a ses exigences


.

19 décembre 2017

Perruque




Un ostéopathe velu

Sauf sur le cuir dit chevelu

Sur ce cuir il ne l'était guère


Mais partout ailleurs fort poilu

Surtout sauf vot' respect au pourtour du derrière

De sorte qu'en poils du cul

Il était réputé riche

C''est toujours mieux qu'en être chiche


Un jour ce chauve a résolu

De corriger sa calvitie

Qu'une lotion miracle avait peu rétrécie

C'est pourquoi fasciné

À la fin l'on reluque

La baroque perruque

Qui lui couvre le front et descend jusqu'au nez

Ses angles de vision sont tout ratatinés


Ah çà ah çà s'enquiert ma muse

Dis-moi eske tu t'es relu

Ah que bernique je m'amuse

Lanturlurette lanturlu

En grignotant des petits lu* 

Extraits de leur papier d'alu

D'où ce poème farfelu.


* pub gratuite

.


05 décembre 2017

Péripétie domestique



Au coin du logis peuplé par un tégénaire

Flotte dépareillé ce fil qui dégénère

Survivant un moment à l'honneur de son père*

Il va succomber face à la mauvaise humeur

De l'occupant des lieux plus exigeant tu meurs

Que ce fol en fait de propreté ménagère



Telle une repasseuse exhibant haut son fer

Il brandit son balai levant en l'air la brosse

Fauche le fil qui flotte au gré des courants d'air

Vous je ne sais pas moi je trouve que c'est rosse

Puis pose son séant et satisfait se sert

Quatorze doigts d'alcool en un récipient vert



Si sans dire un seul mot tu retisses ta toile

Dit la grosse araignée en soulevant son voile

Gardant un ton serein mais levant un sourcil

Et mâchonnant un bout de moucheron farci

Lors tu seras un homme** ô mon enfant ainsi

Quant à ton avenir je n'ai pas trop souci.




*merci à M. Pierre C.

** merci à M. Rudyard K


.



27 novembre 2017

Nature

   
                                                      ( /14)


La faune de notre étang surabondamment pillée

Par les hérons les balbuzards et autres cormorans

Il n'y a plus rien à pêcher c'est certes pas marrant

Le garde-pêche a réuni la troupe éparpillée

Des pêcheurs à la ligne à tout le moins désemparés

Pleurant leurs chers poissons par les oiseaux accaparés

Sur son pipeau consolateur il joue mi sol do ré



Ils ne sont pas les seuls à verser des larmes acides

Dans le verger il n'y a plus une seule pêche au pêcher

D'abeilles il n'est plus voilà le fait des pesticides

Le transport des pollens s'est fâcheusement relâché

Il est grand temps ô l'être humain qu'enfin tu te décides

À changer ton fusil d'épaule à cet égard je dis


Prends la nature à coeur tu seras tout regaillardi. 


.