24 juin 2010

Pouponnière



Au jardin sans plus de manière
On avait mis
Un ramassis
De glands dedans la compostière
On y retrouva tout surpris
Une chênaie courte mais fière

Ici dans quarante ans l’on aura de l’ombre et
L’endroit sera peut-être un peu même encombré
Et de se plaindre encor on trouvera matière

La chatte par-dessus les chênes a sauté
Disant regardez-moi je suis le Chat botté
D’un de mes bonds félins je franchis la chênaie

Le jeune enfant par là s’en venant à passer
Enjambe et dit c’est moi qui suis Petit Poucet
Survoler les forêts telle est ma destinée

Le grand-père est venu voir ce miracle vert
Et dans sa barbe il marmonne
Quelques propos obscurs sur l’effet Gulliver
Concluant la chose est bonne

Et pourtant un chevreau de la veille sevré
Qu’on amènerait paître
Ferait tout disparaître
En un instant c’est vrai

La grand-mère étonnée de ces métamorphoses
D’un geste machinal brandit le sécateur
Elle apporte ses soins à des pois de senteur
Puis va pulvériser au-dessus de ses roses

Et si par aventure il s’agit d’autres fleurs
Cela ne change pas les choses
N’est-ce pas ton avis lecteur.

.

2 Comments:

Blogger griffollet chat virtuel said...

Résumé express:

Quelques pauvres glands ont germé
Un bout de temps on s'en amuse
Laisse-moi dormir dit la muse
Non mais.

24 juin 2010 à 21:37  
Anonymous Lola said...

Les glands ont germé
Pas si pauvres que ça!
Petit Poucet, Chat Botté,
Grand-père et Grand-mère
Ont parcouru cette chênaie
Future ou Virtuelle...
Y flotte la fragrance des roses
Et des pois de senteur.
Non mais!

25 juin 2010 à 19:08  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home