03 mars 2010

Cinéma de quartier.

En ce temps-là les projectionnistes
Ont arrosé vos écrans écrus
De films gentiment propagandistes
Remplis de bobards à gober crus

Et vous naïfs vous les avez crus

L’ouvreuse en vous menant à vos sièges
Brandissait son lumignon
Hochant lasse le chignon
Installés vous étiez pris aux pièges

Puis l’éclairage enfin rallumé
Vous vous sentiez quelque peu paumés

Pris d’un mal de tête en sortant dans l’avenue
Vous vous racontiez la belle au bain toute nue

Plus tard à l’internat vous n’étiez pas bavards
Et cachiez de petits écrits sous vos buvards.

.

2 Comments:

Anonymous Meuh Meuh Bouton d'Or said...

"écrans écrus... écrits", il manque encore écrins, écrous, et crocs...

3 mars 2010 à 17:52  
Anonymous Lola said...

Eh bien eh bien...
La belle au bain toute nue ?

On comprend pourquoi les écrits se cachaient sous les buvards...

15 mars 2010 à 20:24  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home