24 août 2007

Félix s'échappe

Milady est féroce, et, rosse, tanne Athos » - Alexandre Dumas)

La mort est ce grand dogue aux oreilles dressées
Qui veille sans relâche au pont-levis d’amour
Montre de grands crocs gris badigoinces troussées
Ne donne pas la patte et gronde nuit et jour

Aussi fort qu’est un ours les yeux phosphorescents
Son aspect rend de marbre et de plomb sa morsure
N’épargnant ni les vieux ni les adolescents
Ni les enfants ni les générations futures

Un oiseau volant bas détourne l’attention
Du chien rébarbatif à la gueule importune
Du coup s’entrouvre l’huis du camp de rétention
Et l’amour libéré s’en va chercher fortune

Cet oiseau salvateur qui trompe le gardien
C’est la raison qui prend son vol au crépuscule
Répondant par à-coups aux hurlements du chien
Dans le lointain longtemps l’on l’entend qui hulule.

.

4 commentaires:

Bellzouzou a dit…

MA-GNI-FI-QUE! du très grand Griffollet!
(on voit que tu as du temps pour toi, maintenant)
;-)

Moukmouk a dit…

Aussi fort qu'un ours? je demande à voir, j'ai rarement vu de plus de 75 kilo, alors qu'un ours en forme en fait 750... (bon d'accord un gros ours).

Nevrosia a dit…

"(on voit que tu as du temps pour toi, maintenant)"
Pu...fichtre ! On me dit jamais rien à moi :-$

Vespertilia a dit…

En survolant les terres de Griffolet j'ai trouvé de l'humour, des rimes, du rythme et de l'imagination : c'est tout bon.
"Dans le lointain longtemps on l’entend qui hulule" :
l'amour c'est chouette !
et
"La mort est ce grand dogue aux oreilles dressées" :
la mort Anubis dessus :D
OK je sors, à bientôt.