15 juin 2007

Consolation mal inspirée.

Sur le doigt meurtri d’un enfant
Recouvert d’un pansement blanc
Six coups de crayon gras tracent double figure
Jean qui rit Jean
Qui pleure et prends
Ton pain tartiné puis va-t-en
Dehors lécher le beurre avec la confiture

Et si mon cœur à présent
Entre nous parlons bas un peu mal comprenant
Inconsidérément s’aventure
Lui qui n’aura jamais su s’y défendre
Sur le parcours de la carte du tendre
A quel déboire encor ne faut-il pas s’attendre

Je m’y attends je m’y attends
Laisse petit laisse et renonce
Tu vas te déchirer aux ronces
Non ce jeu-là c’est pour les grands

Bientôt il se retrouve en fâcheuse posture
Il faut le relever de sa déconfiture

En souvenir de l’ancien temps
Dans du carton magique aux ciseaux je découpe
Deux piètres compagnons ma foi pas si plaisants

L’un qui renifle en sanglotant
Petit singe pleurard qui tripote sa houppe
A la fin c’est horripilant
Il geint comme un bébé qui refuse la soupe

Et l’autre multicolore
Oiseau exotique qui
Couinant comme une souris
Va ricaner rhi rhi rhi
Dans mon dos jusqu’à l’aurore.

2 Comments:

Blogger Bellzouzou said...

MA-GNI-FI-QUE!

15 juin 2007 à 20:09  
Blogger Nevrosia said...

quel talent !

16 juin 2007 à 08:31  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home