12 février 2017

Grippe et piété



(morceau de poésie sacrée)

Je vous dédie ô nostalgiques du caté
Ce poème traitant de grippe et de piété
Quand la grippe hideuse atteint le monastère
Le désordre y produit des effets délétères
Sérieusement grippé l'abbé reste alité
La discipline alors dans les murs se délite
Elle perd de sa qualité
Elle est ma foi fort déconfite
N'oubliez cette vérité

Les moines par Satan s'étant laissé tenter
L'archevêque est venu leur faire une visite
Et devant le foutoir point très longtemps n'hésite
Ils doivent mériter du Christ en croix l'amour
Il fait tout ce qu'il faut pour au marché du bourg
Les munir de nu-pieds à la bonne pointure
Ensuite il les emmène au salon de coiffure
Et leur fait à son gré rafraîchir la tonsure
Passe à la pharmacie pour voir si d'aventure
On ne trouverait pas de quoi ressusciter
Du malheureux abbé la dolente santé

Il donne à chacun voyez sa bonté
Un petit portrait de Sa Sainteté
À glisser dans le livre d'heures
Si ce n'est pas beau que je meure
Prend congé de l'abbé par la grippe embêté
Puis retourne à l'archevêché sans se hâter

Il ne se sent pas bien quand il monte en voiture
Satan l'on ne saurait le voir même en peinture
Sournoisement prit soin de lui faire emporter
Avec lui le grippal virus calamité
Le prélat doit bientôt placer en son posté-
Rieur l'instrument béni qu'il faut pour constater
L'inquiétante montée de sa température
Satan met-il ainsi les rieurs de son côté
Vade retro Satan malappris patenté
Retourne en ton Enfer hanté
Tu es de méchante nature
Et le reste est
Litté-

Rature.

.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home