18 avril 2010

Le prophète aux serpents.



Marchant sur la canopée
Comme sur les eaux
Il brandit sa canne-épée
Contre les oiseaux

Fuyez qu’on ne vous embroche
C’est ce qui vous pend
Au nez Je suis en approche
C’est pour les serpents

Car telle est sa fantaisie
Tel son plaisir quotidien
Rencontrant un ophidien
Il lui fait sa prophétie

Serpent col-
Lé au sol
Par la force centripète
Prends bien garde au gypaète
Barbu cruel qui te guette

Sache bien quel est son but
Il prétend ainsi nourrir sa nichée
De ta chair salement amochée

Oui sur un sol peu herbu
Crains la colère qui pète
Du gypaète barbu
Qui veut à coups de bec nettoyer ton squelette

Une fois encor je te le répète
Serpent collé au sol peu herbu
Par la force centripète
Prends bien garde au gypaète
Barbu

Fais gaffe à l’oiseau serpentaire
Pressé de t’emporter jusqu’ à son aire

Prends garde à toi et dès demain
Je viendrai te serrer la main
Ta religion j’espère est faite

Tirant tel un veau qui tète
Sur le coin du col de sa chemisette
Notre estimable prophète
Soudain salive à la pensée de son goûter
Une tartine un peu de thé
Et prend la poudre d’escampette

Moi j’aime autant être poète
Ça ne me paraît pas plus mal pour la santé.
(NB. Ni gypaète ni serpentaire dans la forêt tropicale. Mais nul n’est prophète en son pays).
.

1 Comments:

Anonymous Lola said...

Un prophète protecteur de serpents
Qui de tartines et de thé est gourmand?
Il a raison de rester poète...

28 avril 2010 à 20:59  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home